CHÉNIER (M.-J.)

CHÉNIER (M.-J.)

CHÉNIER MARIE-JOSEPH (1764-1811)

Né à Constantinople deux ans après son frère André, officier de dragons à dix-sept ans, Marie-Joseph de Chénier démissionne assez vite de l’armée pour se consacrer aux Muses. Après quelques pièces sans aucun succès, il remporte un triomphe à la fin de 1789 en faisant jouer un Charles IX où sa plume de patriote dénonce vigoureusement les tyrans. La même faveur du public accueillera son Henri VIII en 1791 et son Caïus Gracchus en 1792; désormais, pour les contemporains et jusqu’à la publication fort tardive des œuvres posthumes de son frère, quand on parle du grand poète Chénier, c’est de lui qu’il s’agit. Sa célébrité lui vaut d’être élu sans peine député de la Seine-et-Oise à la Convention; montagnard, régicide, il se consacre surtout aux travaux du comité de l’Instruction publique, pour lequel il présente notamment un rapport sur la création des écoles primaires le 12 décembre 1792. Et il poursuit son œuvre de poète: textes de nombreux hymnes et chants révolutionnaires, dont les paroles du Chant du départ (Les républicains sont des hommes, / Les esclaves sont des enfants ), et une pièce, Timoléon , jouée au printemps de 1794, qui aurait déplu à Robespierre par des insinuations dantonistes. Il est sûr en tout cas que Marie-Joseph n’est pas très bien vu du pouvoir en ce début de thermidor où son frère André monte à l’échafaud, et que les tentatives qu’il a pu faire pour sauver son aîné, malgré l’antagonisme politique qui les opposait depuis cinq ans, n’avaient guère de chances d’être utiles: on doit donc rejeter les accusations de lâcheté portées contre lui à cette occasion, dont il se défendra dans une Épître sur la calomnie assez émouvante (1797) et que reprendra néanmoins sous une forme plus insidieuse Alfred de Vigny dans son Stello .

Après la chute de Robespierre, Marie-Joseph fait figure pendant quelques mois de grand politique; il est membre du Comité de salut public, il participe à la réaction thermidorienne; plus effacé sous le Directoire, il glisse du centre gauche au centre droit; l’évolution du Consulat et de l’Empire le rend à la ferveur première de son républicanisme; son Cyrus lui vaut une disgrâce assez prononcée; il meurt encore jeune, supportant un certain dénuement avec une grande dignité oppositionnelle. À son fauteuil de l’Académie viendra s’asseoir un autre opposant, bien moins révolutionnaire en politique, bien plus révolutionnaire en littérature: le vicomte de Chateaubriand.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CHÉNIER (A.) — Un bref passage sur la terre des hommes et une fin tragique; la carrière de poète qu’il n’a pas eue; sa présence, sa poésie perpétuées parmi nous: telles sont, aux yeux de l’histoire, les trois vies d’André Chénier. La première dure à peine… …   Encyclopédie Universelle

  • Chénier — Chenier oder Chénier ist der Name von den Chénier Brüdern: André Chénier, (1762–1794), französischer Schriftsteller, zugleich auch Titelfigur der Oper „Andrea Chénier“ von Umberto Giordano Marie Joseph Chénier, (1764–1811), französischer Dichter… …   Deutsch Wikipedia

  • Chenier — oder Chénier ist der Name von den Chénier Brüdern: André Chénier (1762–1794), französischer Schriftsteller, zugleich auch Titelfigur der Oper „Andrea Chénier“ von Umberto Giordano Marie Joseph Chénier (1764–1811), französischer Dichter C. J.… …   Deutsch Wikipedia

  • Chenier — Chénier Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme André Chénier (1762 1794), poète royaliste français guillotiné ; Marie Joseph Chénier (1764 1811), son frère, écrivain et… …   Wikipédia en Français

  • Chénier — (spr. schēnjé), 1) André, franz. Dichter, geb. 30. Okt. 1762 in Konstantinopel, Sohn von Louis C., Generalkonsul daselbst, und einer schönen und geistreichen Griechin aus dem Hause Santi l Homaka (ihre Schwester wurde die Großmutter Thiers ),… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Chénier —   [ʃe nje],    1) André Marie, französischer Schriftsteller, * Konstantinopel 30. 10. 1762, ✝ (hingerichtet) Paris 25. 7. 1794, Bruder von 2). Am Vorbild der klassischen griechischen und römischen Dichtung geschult, schuf er (u. a. in den… …   Universal-Lexikon

  • Chénier — Le nom est surtout porté dans le Cher et la Sarthe (variante : Chesnier). Il désigne celui qui habite un lieu dit la Chénière , le Chênier ou en est originaire. Sens du toponyme : bois de chênes. À noter par exemple le hameau du Chênier à Précy… …   Noms de famille

  • Chénier — (spr. Schenich), 1) Louisde Ch., geb. 1723 in Montfort, bei Toulouse; ging als Kaufmann nach Constantinopel, trat dann in die Dienste des Grafen Desalleurs, französischen Gesandten bei der Pforte, u. ward nach dessen Tode 1753 Generalconsul u.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Chénier — (spr. schenĭeh), Marie Joseph de, franz. Dichter, geb. 28. April 1764, der Hauptdramatiker der Franz. Revolution, auch Lyriker (die Volkshymne »Chant du départ«), radikales Mitglied des Konvents, gest. 10. Jan. 1811. – Vgl. Rouquet (1891),… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Chénier — (Schenieh), Marie Joseph de, geb. 1764 zu Konstantinopel, wo sein Vater Louis de C. Generalconsul war, diente einige Zeit im Militär und lebte dann als Schriftsteller. Er war jedenfalls der beste Dichter der Revolutionszeit; seine Dramen waren… …   Herders Conversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.